Série & Fanfiction

forum séries et fanfiction en tout genre
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 FANFIC [tous public] : "Révélations (partie 1)"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sosso
ticket de metro
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 04/08/2008
Age : 47
Localisation : Près des étoiles

MessageSujet: FANFIC [tous public] : "Révélations (partie 1)"   Mar 4 Nov - 13:52

Grâce à ma petite Meli adorée, j'ai retrouvé mes fics !! Donc je rappelle, c 'est un arc scénaristique en 4 épisodes (2 doubles), qui auraient conclu une saison 5 virtuelle (je n'ai malheureusement pas écrit les autres épisodes, pas eu de temps).

Scène 1
Rêve noir et blanc, à propos d' une scène du passé de jarod. Il est avec Sydney, dans un des laboratoires de simulations. Jarod a des capteurs sensoriels sur les tempes. Il est derrière une vitre.

SYDNEY jeune : "Tu vas apprendre ce qu' est la sexualité."

JAROD enfant : "La reproduction ?"

SYDNEY jeune : "C' est un de ses aspects, oui. Je vais te présenter quelqu'un."

Sydney tourne la tête et fais signe à une jeune fille d' entrer. Elle s' approche de la vitre. Les capteurs émettent des sons de plus en plus rapide. Jarod plaque sa main à travers la vitre.

JAROD enfant : "Tu es... une fille ?"

La fille fait oui de la tête. Elle plaque elle aussi sa main sur la vitre, au niveau de celle de Jarod. Les capteurs accélèrent.

JAROD enfant : "Je m'appelle Jarod. Comment tu t'appelles ?"

Elle se tourne vers une silhouette en ombre chinoise derrière une autre vitre. La silhouette fait non de la tête. La fille se tourne vers Jarod.

LA JEUNE FILLE : "Mlle Parker."

Scène 2
Une chambre de motel. Jarod, endormi, s' agite en gémissant, puis sursaute.

JAROD : "PARKER !!!"

Jarod est essoufflé. Il se redresse sur son lit et est en sueur.

JAROD : "Oh, Parker... Pourquoi ???"

Il se met la tête entre ses mains. Il soupire

Scene3
Rêve en noir et blanc. Une autre scène du passé de jarod. Il reconstitue un corps humain de femme en plastique.Mlle Parker descend les marches et s' installeà côté de lui.

MELLE PARKER jeune : "Tu sais que les filles mûrissent plus vite que les garçons..."

Elle l' embrasse sur les lèvres....

Scène 4
La chambre de Mlle Parker. La nuit. Elle se réveille en sursaut

MISS PARKER : "JAROD !!!"

Elle est essoufflée et en sueur. Ses yeux sont interrogateurs. Elle se frôle les lèvres du bout des doigts. elle ferme les yeux.

MELLE PARKER (soupire) : "Jarod, Je t'..."

Une larme coule...

CAST

Scène 5
Au Centre. Bureau de Sydney. Il est songeur. Le téléphone sonne. Il presse le bouton "mains-libres".

SYDNEY : "Sydney !"

JAROD (voix téléphonique) : "J' ai rêvé d' elle..."

SYDNEY : "De qui, Jarod ?"

Scène 6
Chambre de motel. Jarod est au téléphone avec Sydney.

JAROD (sérieux) : "De Mlle Parker. De la simulation sur la sexualité. J' en rêve depuis l' accident du métro."

SYDNEY (phone voix téléphonique) : "C' est normal, Jarod. Dans ce crash, toi et Mlle Parker avez essayé d' aider Ethan. Ainsi, il vous a rapproché. Vous avez failli mourir ensemble. Je pense que cette affection que tu ressens maintenant remonte en surface, sous forme de rêve."

JAROD : "Je ne comprends pas.."

Scène 7 :
Retour dans le bureau de Sydney.

SYDNEY : "Tu sais ce que je veux dire. Tu aimais Mlle Parker, des années auparavant. Ces sentiments reviennent en surface."


Scène 8 :
Retour dans le motel.

JAROD (au bord des larmes) : "Je... suis en peine, ces temps-ci. La seule femme que j' ai réellement aimé, est morte. Je l' aimais si fort et je viens de la perdre. J' ai mal, Sydney !!!


Scène 9 :
Retour dans le bureau de Sydney.

SYDNEY : "De qui parles-tu ?"

JAROD (voix téléphonique) : "Zoe, une jeune femme en cavale comme moi. Elle était la seule femme que j' ai aimé, Sydney. Elle était guérie d' un cancer, mais elle a rechuté. J' ai si peur."

Mlle Parker entre dans le bureau. Elle s' approche et écoute.

SYDNEY : "De quoi as-tu peur ?"

JAROD (voix téléphonique) : "De ce que je ressens. Cette... souffrance est insupportable. Mon coeur saigne. Jamais plus, je n' éprouverai de sentiments pour quelqu'un. Pas même Mad..."

MISS PARKER (coupe Jarod) : "Pour qui tu n' éprouveras plus de sentiments, Jarod ?"

Scène 10
Retour dans la chambre du motel.

JAROD (surpris) : "Parker ?"

MISS PARKER (voix téléphonique) : "OUI ! Pas la Venus de Milo ! Alors, réponds : qui est Mad ?"

JAROD (furieux) : "PERSONNE !!!"

Jarod raccroche...

_________________
Sophie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sosso
ticket de metro
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 04/08/2008
Age : 47
Localisation : Près des étoiles

MessageSujet: Re: FANFIC [tous public] : "Révélations (partie 1)"   Mar 4 Nov - 13:53

Scène 11
Retour dans le bureau de Sydney . Il reste dans ses songes. Mlle Parker touche son épaule et lui murmure à l' oreille.

MISS PARKER : "De qui parlait-il, Sydney ?"

SYDNEY (moqueur) : "Oh de vous, Mlle Parker !"

Mlle Parker perds son sourire et lève les yeux, gênée. Elle soupire...

Scène 12
Bureau de Mlle Parker . Broots entre soudainement, hors d' haleine.

BROOTS : "Mlle Parker !"

Elle lève les yeux.

MISS PARKER (ennuyée) : "Quoi ?"

BROOTS : "Mlle Parker, un colis est arrivé pour vous. Jarod l'a envoyé. Suivez-moi."

Miss Parker se lève et suit Broots.

Scène 13
Au Centre. Salle des commandes au 5è sous-sol. Broots et Mlle Parker rejoignent Sydney. il y a un gros colis sur le bureau. Elle fait signe à Broots. Il l' ouvre.

BROOTS : "Regardez ça ! Qu' est-ce que c' est ?"

Il sort du colis des capteurs sensoriels, un corps humain en plastique, un lapin blanc en peluche et 3 D. S.A.. Flashes noir et blanc. Mlle Parker se souvient de scène d' elle et jarod lorsqu' ilétait enfants. Elle sursaute, hébétée.

MISS PARKER (murmure) : "Jarod.."

SYDNEY : "Vous allez bien, Mlle Parker ?"

MISS PARKER : "Oui. analysez tout ça, Broots. Venez, Sydney."

SYDNEY : "Où allons-nous ?"

MISS PARKER : "Dans un endroit tranquille où nous pourrons discuter. J' ai des choses à vous dire."

Ils se dirigent vers la sortie..

Scène 14
Fondu en noir. Près de Cleveland. Dans une forêt. Jarod est avec major Charles et J2. Il est assis à côté de son père. Il pense à son rêve et à sa conversation avec Sydney (flashes noir et blanc. Retour sur les scènes 1 des 6).
MAJOR CHARLES : « A quoi penses-tu, Jarod ? »

JAROD (sort de ses songes) : « Mm.. Un rêve. Je me revois enfants avec Mademoiselle Parker. Nous avons eu une simulation ensemble. Sydney testait mes réactions sur la sexualité. »

MAJOR CHARLES : « Vraiment ? C' estétrange, qu' il t' ait laissé approcher la fille de Catherine. Comment se fait-il que son père est autorisé ça ? »

JAROD : « Non, ce n' est pas lui. Je me souviens que Raines était présent. C' est lui qui l'a amené. »

MAJOR CHARLES (surpris) : « Raines ! Ce monstre qui a abattu Catherine ! »

JAROD : « oui. »

Le major Charles se lève et s' éloigne, pensif. J2 s' approche de Jarod.

J2 : « qui est Catherine ? »

JAROD : « C' est une longue histoire. »

J2 : « pourquoi M. Raines voulait-il faire du mal à cette femme ? »

JAROD : « parce qu' elle... Voulait me faire évader du Centre. Moi et d' autres enfants. »

J2 (pose une main sur son épaule) : « C' est bizarre.. Vous êtes triste Jarod. Qui est Mademoiselle Parker ? »

JAROD : « la fille de Catherine. »

J2 : « vous pensez à elle, n' est-ce pas ? Pour ça que vous êtes triste ? Je ressens de la peine, de la détresse, de.. L' amour ? C' est quoi, L' amour ? "

JAROD (embarrassé) : « je..»

Major Charles se retourne, intrigué.

MAJOR CHARLES : « tu es amoureux, C' estça, fiston ? Tu sais, j' ai toujours respecté Catherine. Elle était si droite, si honnête.. Une femme juste. Je ne comprendrai jamais ces ignobles individus qui ont osé nous humilier, elle et moi. Ethan a été l' erreur la plus stupide qui n' ont jamais commise. Ils vont le payer cher, crois-moi. M. Parker est vraiment abominable et elle ne méritait pas un tel sort. Mais, je serais si fier si mon fils était amoureux de sa propre fille, même si je sais combien tu souffres pour Zoe.»

JAROD : « papa, ne se sens pas coupable pour Ethan. Ce n' est pas ta faute. Mais je ne sais pas si je..»

MAJOR CHARLES (le prend dans ces bras) : « je sais, fiston. Le moment viendra..» COUPÉ

Scène 15
Enchaînée. Les jardins du Centre. Sydney et Mademoiselle Parker s'y promènent.

MADEMOISELLE PARKER (perplexe) : « Sydney, je.. ne sais pas ce qui m' arrive en ce moment. Je fais un rêve étrange. »

SYDNEY : « ce rêve aurait-il un rapport avec Jarod ? »

MADEMOISELLE PARKER (sourires) : « pourquoi dites-vous ça ? »

SYDNEY (dubitatif) : « votre attitude est assez étrange ces temps-ci. Vous aviez l' air surprise lorsque Broots a ouvert ce paquet. Les capteurs, le corps en plastique.. Me font penser à des simulations. »

MADEMOISELLE PARKER (songeuse) : « la sexualité.."

Mademoiselle Parker s' arrête. Sydney l' imite.

SYDNEY : « vous vous en souvenez, n' est-ce pas ? Elle vous a profondément marqué tous les deux. J' ai expliqué à Jarod que ses sentiments remontaient en surface, sous forme de rêve. Voulez-vous me raconter le vôtre Mademoiselle Parker ? »

MADEMOISELLE PARKER : « C' est un passé lointain. Jarod et moi étions enfant. Il reconstituait à ce corps humain en plastique. Je ... Je l' ai embrassé. Vous saviez, n' est-ce pas ? »

SYDNEY (surpris) : « non ! Je ne connaissais pas ce secret de votre passé ! Cette simulation ne vous quittera plus jamais.

Ils reprennent leur marche.. COUPÉ

Scène 16
Flash noire et blanc. Salon de Mademoiselle Parker. Elle passe et repasse la bande où était enregistrée la conversation entre Jarod et Sydney, à propos de Nia, l' Argentine.

JAROD (voix téléphonique enregistrée) : « Sydney, j' ai besoin de vous parler.. Au sujet des femmes. » COUPÉ

Scène 17
Flash. Retour dans les jardins du Centre. Mademoiselle Parker est rêveuse, émue.

SYDNEY : « vous semblez troublée. Qu' est-ce qui vous tracasse ? »

MADEMOISELLE PARKER : « je repensais à cette femme, qui avait un fort accent hispanique. Il parlait d' elle, n' est-ce pas ? Elle l' aimait ; ça se lisait dans ses yeux. »

SYDNEY : « non, pas elle. Il parlait d' une certaine Zoe., une jeune femme en fuite. Il l'a rencontré, il y a un an. Jarod en était éperdument amoureux. Il est complètement anéanti, car elle vient de mourir.. D' une rechute d' un cancer, pense-t-il. À mon avis, il y avait un lien très fort qui les unissait. De L' amour, du dés..

MADEMOISELLE PARKER : « désir. Ils auraient..»

SYDNEY : « oui. Je pense Jarod a découvert cette façon très.. Intime d' aimer quelqu'un. Il a terminé sa simulation, commencée il y a plus de 30 ans. »

MADEMOISELLE PARKER (soupire) : « je suis.. Navrée pour lui. Il doit souffrir. »

SYDNEY : « j' ai ressenti un violent sentiment de détresse, d' amertume, d' anéantissement dans sa voix. »

MADEMOISELLE PARKER (au bord des larmes) : « je comprends. Je.. J' ai ressenti ce sentiment de haine envers le monde entier lorsque Thomas es t... Parti pour l' au-delà.»

Sydney s' arrête. de nouveau et se tourne vers Parker, il la prend par les bras.

SYDNEY (déterminé). « Alors, il est temps de vider votre sac, Parker ! Faites-moi confiance ! »

MADEMOISELLE PARKER (sanglotant) : « si vous saviez comme je m' en veux. Je me sens si coupable d' avoir gardé sous silence, cette rancune. »

Elle tombe dans ses bras et pleure. Sydney l' étreint.

SYDNEY : « chut, ça va aller.. Ne pleurez plus ...Dites-moi tout.. Chut..

Mademoiselle Parker se défait de son étreinte et le regarde intensément. Elle tombe à genoux et lève les bras vers le ciel.

MADEMOISELLE PARKER : « je.. JE L' AIME, SYDNEY ! ! !

Elle s' effondre, sanglotant

MADEMOISELLE PARKER : « je.. J' ai toujours aimé Jarod. Depuis ma plus tendre enfance. Depuis cette simulation. Depuis ce baiser. Sydney, je vous en prie, ne dites rien à personne. Mon père..»

SYDNEY : « je vous le promets. C' est... Terriblement courageux de votre part. Merci de m' avoir fait confiance. »

Il l' aideà se relever et repousse ses cheveux. Il sèche ses larmes et dépose un baiser sur son front. Mademoiselle Parker pose sa tête sur son épaule et ils reprennent leur marche. Il pose son bras autour de ses épaules.

MADEMOISELLE PARKER : « merci, Sydney. Vous avez toujours été comme.. Un père pour moi. »

SYDNEY : « rentrez et prenez un bon bain chaud. Il ne serait pas très judicieux de vous présenter ainsi devant votre père. »

Ils se mettent à rire.. COUPÉ

Scène 18
Enchaîné. Dans la chambre de motel. Jarod regarde une photo de Zoe. Il est en larmes. Il lit l' annonce nécrologique du journal : « C' est avec une grande tristesse que la famille Bright et vous annonce le décès de Zoe., ce 10 avril. »

Jarod (sanglotant) : « Zoe., mon amour. Je t' aime tant. »

Il frôle la photo de ses doigts. Major Charles entre. Jarod range l' annonce et la photo dans son portefeuille et sèche ses larmes. Il pianote sur son ordinateur et consulte son e-mail. L' écran affiche : « NO MESSAGE ». Jarod est furieux.

JAROD : « toujours rien. Emily aurait dû nous re contacter depuis longtemps déjà. J' espère qu' il ne lui ait rien arrivé.

MAJOR CHARLES : « j' en suis sûr, Jarod. Ne te fais pas de souci. Emily est probablement cachée quelque part.

JAROD : « je suis inquiet. Il faut se trouver un endroit sûr. »

Il construit un programme de recherche sur Internet.

MAJOR CHARLES : « Qu' est-ce que tu fais ? »

JAROD : « un programme pour me connecter sur le réseau national des transactions immobilières. »

Une annonce apparaît sur L' écran : « vend superbe chalet à Portland, Oregon. « Le refuge ». Jamais habité. Travaux à prévoir. Prix : 80 000 dollars ». Jarod réfléchit.

JAROD (à lui-même) : « un chalet..« Refuge »... L' Oregon... Thomas ! ! ! COUPÉ

Scène 19
Flash noir et blanc. Souvenirs. Thomas Gates répare la maison de Mademoiselle Parker. Il est seul. Jarod entre. Thomas se retourne, surpris.

THOMAS GATES : « Jarod ! Quelle surprise ! Qu' est-ce que tu fais ici ? »

Ils sereine.

JAROD : « salut Thomas. Je suis content de te revoir, mais écoute-moi. Tu es en danger ici. Fuyez tous les deux avant qu' il n' arrive malheur. Le Centre va te tuer. »

THOMAS GATES : « quoi ? Mais Qu' est-ce qui se passe ? Pourquoi ? »

JAROD : « ne fais pas confiance à sa famille. Son père est un manipulateur. Sa belle-mère, un assassin. Et son frère Lyle est le pire des cauchemars. Tu n' es pas en sécurité ici. Pars !

THOMAS GATES : « je vais emmener Parker loin d' ici.À Portland, dans l' Oregon. J'y ai trouvé un chalet. Je déteste sa famille. Dis-moi, Jarod : pourquoi te traque-t-elle ? Qu' est-ce que tu lui as fait pour qu 'elle te déteste à ce point ? »

JAROD : « ce serait trop long à t' expliquer. Thomas, elle est menacée. TU ES MENACÉ. Sa mère Catherine est morte à cause du Centre, parce qu 'elle voulait sauver sa fille. Tu es LE PROCHAIN SUR LEUR LISTE. Si vous ne partez pas maintenant, on te retrouvera avec une balle de 9 mm dans le crâne. Alors, rejoignez votre refuge avant qu' il ne soit trop tard. Je la protégerai autant que tu l' aimes. Prends soin d' elle Elle est fragile et elle a besoin de toi.

Jarod s' enfuit... COUPÉ

Scène 20
Flash. Retour dans le motel. La nuit. Jarod fait la transaction sur Internet.

MAJOR CHARLES : « tu as trouvé quelque chose ? »

JAROD : « oui. Un chalet dans l' Oregon. Je m' en occupe. Préparez vos affaires ; il faut partir le plus vite possible.

Major Charles regarde l' annonce et voit le prix.

MAJOR CHARLES : « Hey, 80 000 dollars ! Tu as une telle somme ? »

JAROD (sournois) : « non, mais.. Quelqu'un va l' acheterà ma place. »

Il tape le code d' un compte bancaire.. COUPE

_________________
Sophie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sosso
ticket de metro
avatar

Messages : 232
Date d'inscription : 04/08/2008
Age : 47
Localisation : Près des étoiles

MessageSujet: Re: FANFIC [tous public] : "Révélations (partie 1)"   Mar 4 Nov - 13:54

Scène 21
Fondu en noir. Au Centre, 5è sous-sol. Broots est devant son ordinateur. Mademoiselle Parker et Sydney arrive.

MADEMOISELLE PARKER : « alors, du nouveau, Broots ?

BROOTS : « j' ai visionné les disques. Il n'y a que des scènes entre vous et Jarod. »

Mademoiselle Parker sursaute. Elle attrape Broots par le col.

MADEMOISELLE PARKER (agressive) : « quel genre de scène ? »

BROOTS (gêné) : « Bah, euh... Elles sont personnelles, j' avoue. sur le premier disque, C' est une simulation. Vous y parliez de.. Sexualité, Sydney. Jarod avait des capteurs sur les tempes et ce sont ces capteurs que l' on a trouvés dans le carton. Sur le deuxième, Jarod reconstituait ce corps humain en plastique, vous vous êtes assis à côté de lui et vous l' avez... Embrasser ! »

Mademoiselle Parker soupire et lève les yeux vers Sydney.

MADEMOISELLE PARKER (irritée) : « merci beaucoup, Dr Einstein ! Ainsi, mon.. bisou a été filmé en direct ! Qui d' autre est au courant ? Mon père ? Lyle ? »

SYDNEY : « je ne le savais pas, je vous le jure ! C' était effectivement une simulation, du moins une partie. J' ai certainement dû partir pour une urgence ; je ne savais pas que vous aviez profité de mon absence pour le voir ! »

MADEMOISELLE PARKER (dédaigneuse) : «Pfff... Continuez Broots ! »

BROOTS : « le troisième concernait une scène avec des.. Lapins ! »

SYDNEY : « oui, je m' en souviens. Cette simulation concernait trois couples de lapins jumeaux que l' on avait sép... »

MADEMOISELLE PARKER (coupe sa phrase) : « merci pour votre cours de biologie, Sydney ! Continuez, Broots. »

BROOTS : « Jarod en a sorti un de sa boîte et l'a mis dans vos bras. »

MADEMOISELLE PARKER (songeuse) : « je me souviens.. Ce lapin blanc était si doux..»

SYDNEY : « étrange que ça ne concerne que vous : des rencontres secrètes, hors de la vue.. Pourquoi cherchiez-vous à le voir, Mademoiselle Parker ? »

MADEMOISELLE PARKER : « non. La question est :pourquoi ne nargue-t-il avec ces indices inutiles et sans intérêt ? »

UNE VOIX DERRIÈRE EUX : « sans intérêt ? Vraiment ? »

Quelqu'un sort de l' ombre. C' est M. Lyle. COUPÉ

Scène 22
Fondu en noir. Suite de l' entretien entre M. Lyle, Mademoiselle Parker et Sydney.

M. LYLE : « je trouve ceci parfaitement clair : ma chère soeur a le béguin pour celui que l' on surnomme « le grand génie », « le surdoué », le « Caméléon » ! Décidément, je n' en aurais jamais fini avec tous les mâles qui te tournent autour ! C' est normal ; tu es si.. Belle ! »

MADEMOISELLE PARKER (écoeurée) : « Qu' est-ce que tu veux, Lyle ? Avoir donné l' ordre de tuer Thomas ne t'a pas suffi, espèce de fumier ! »

Elle se jette violemment sur lui et commence à le frapper. Lyle esquive les coups et retient son poing.

M. LYLE : « doucement, soeurette ! Conduisons nous en gens civilisées ; nous ne sommes plus des gamins chamailleurs ! »

Mademoiselle Parker (hurlante) : « sale ordure ! ! ! Pourquoi tu as tué Thomas ? Pourquoi ? »

M. Lyle : « parce qu' il voulait de kidnapper. T' enleverà nous. Ta vie est ici au centre. Ce.. Thomas n' était qu' un vulgaire ravaleur de vieilles masures. Tu mérites mieux.. Beaucoup mieux. Jarod est une espèce beaucoup plus évoluée. Un brin macho, peut-être. tant de femmes ont déjà succombé à son physique ravageur ! Avec Nia, l' Argentine., C' étaità pleurer. C' était sa première fois et.. Dommage, car elle était plutôt appétissante. »

MADEMOISELLE PARKER (rageuse) : « salaud ! Tu le paieras ! »

Elle se débat, retenue par Sydney.

M. LYLE : « quant à Zoe., whaouh ! Quel joli brin de fille ! Nue, elle est canon, crois-moi ! Jarod s' est pris du bon temps. Tu as raté un beau spectacle. Il a plongé nu dans une piscine de motel avec elle et.. Que la fête commence ! »

MADEMOISELLE PARKER : « au lieu de faire dans ton froc, tu aurais pu le ramener, non ? Ça ne t'a pas effleuré l' esprit qu' il fallait le capturer, imbécile ! »

M. LYLE (souriant) : « non, cet honneur te revient, ma chère soeur. C' est toi qui dois le ramener à la maison. J' espère que ce jour-là, ce serait là pour immortaliser l' instant où tu mourras d' extase dans ses bras ! »

Il jette sur la table un paquet de photos, représentant Jarod et Zoe. s' ébattant dans la piscine.

M. LYLE : " Amuses-toi bien et.. Bons fantasmes ! »

Il pouffe de rire et s' éloigne... COUPÉ

Scène 23
Enchaînée. De retour dans le bureau de Broots. Mademoiselle Parker se défait de l' emprise de Sydney et feuillette les photos. Elle grimace de dégoût.

MADEMOISELLE PARKER : « quel type répugnant ! Je connaissais son penchant pour les Asiatiques ; depuis quand s' intéresse-t-il aux femmes de Jarod ? Sydney, je suis sûre que Zoe. n' est pas morte de maladie ; j' en mettrai ma main au feu. »

SYDNEY : « vous croyez que Lyle serait responsable de sa mort ? Comme vous le dites, il ne s' intéresse qu 'aux Asiatiques et Zoe. n'a rien à voir avec le Centre ! »

MADEMOISELLE PARKER : « Jarod l' aimait ! Tout ce qui touche Jarod, touche le centre ! Ce cinglé qui me sert de frangin a dû sûrement prendre son pied en regardant Jarod chialer sur la tombe de cette pauvre malheureuse ! Lyle me donne envie de vomir ! Je le tuerai de mes propres mains ! »

Elle jette les photos à la poubelle. Broots se penche et en prend l' une, représentant Zoe. nue.

MADEMOISELLE PARKER (sans se retourner) : « arrêter de rêver, Broots ! On dirait un adolescent devant son premier « Playboy » ! Continuez de fouiller, au lieu de mouiller votre pantalon ! »

BROOTS (surpris -- lâche la photo) : « euh... Bien, Mademoiselle Parker ! » COUPÉ

Scène 24
Enchaîné. Au Centre. Bureau de M. Parker. Il est assis seul. Lyle entre.

Monsieur Lyle : « Je m' excuse de te déranger, Père, mais il faut que je peux pas. C' est urgent. »

M. Parker : « Vas-y, je t' écoute.»

Monsieur Lyle : « Bien. C' est au sujet de ta fille. Il semblerait qu 'elle développe une sorte de libido... accentuée pour un homme que nous connaissons bien, toi et moi soit notre grand génie fantomatique Jarod. »

M. Parker : « Quoi ? Tu es sûr de toi ? D' où tiens-tu cette information ? »

Monsieur Lyle : « De ta fille elle-même. Broots travaillait sur des simulations envoyées par Jarod. Elle a entretenu une relation secrète avec notre petit génie durant leur enfance. C' est ce qu 'ont révélé ces disques en tout cas. Que faisons-nous ? Je ne te cache pas que ta fille représente une menace pour le Trouverait. Je ne te cache pas que cette situation est ennuyeuse, mais nous devons prendre une décision. »

M. Parker : « Je sais, Lyle, mais il s' agit de mon ange, de ta soeur ! Je ne l' aurais jamais cru capable d' une telle faiblesse. Elle ressemble trop à sa mère ! »

Monsieur Lyle : « Je sais bien, mais elle est une menace pour nous. M. Raines avait raison. Il ne devait pas laisser faire ça. »

M. Parker : « Laisser faire quoi ? »

Monsieur Lyle : « La simulation sur la sexualité en 1969. Il m'a révélé avant sa mort qu 'elle faisait partie du projet Caméléon..» COUPÉ


Scène 25

Enchaînée. Sur un route menant vers l' Oregon. Jarod, Major Charles et J2 sont en voiture.

Jarod : « Papa, ça va te paraître idiot mais j' ai besoin de savoir. »

Major Charles : « Parles, fiston. Je t’écoute. »

Jarod : « Je.. Je ne sais pas comment je m' appelle. Mon nom est-il Russell ? Ou Gene ? »

Major Charles : « Tu ne te souviens pas ? Disons qu' ils ont tout fait pour que tu oublies. Ton nom est bien Russell. »

Jarod : « Alors comment se fait-il que nos ADN ne correspondent pas ? Oh, après tout, ce n' est rien. Mon prénom est bien Jarod ? »

Major Charles : « Oui, mais où veux-tu en venir ? C' est quoi cette histoire d' ADN ? »

Jarod : « Rien. Saurais-tu D' où vient ce nom, "Gene" ? »

Major Charles « Je n' en sais rien. Un nom de code, peut-être. Aurait-il un rapport avec le Centre ? »

Jarod : « Non, je ne crois pas. Je pensais plutôt à un nom ou à un prénom. Le frère de Sydney, Jacob, a écrit ce mot avant de mourir. Sydney pensait que ça avait un rapport avec mon passé. »

Major Charles : « Je ne sais pas ce que le frère de Sydney a voulu dire, mais je te jure que ça n'a aucun rapport avec notre famille.»

Jarod : « Bien. Autre chose : j' ai quel âge maintenant ? »

Major Charles : « Tu as eu 42 ans, le 20 février. Tu ne te souviens pas ? Mon Dieu, tant d' années se sont écoulés sans toi, ni ton frère. Mais, tout ça n'a plus d' importance, maintenant. »

Jarod (au bord des larmes) : « Et quel âge aurait eu Kyle, maintenant ? »

Major Charles : « 40. Le 20 juillet. Il me manque, tu sais. Déjà 3 ans et demi qu' il es t...»

Jarod : « Mort. Moi aussi il me manque. Tu sais si un jour, j' ai un enfant, un garçon, je l' appellerai Kyle. Pour rendre un dernier hommage à mon frère. »

Major Charles : « J' espère que tu connaîtras la paternité, fiston. Rien ne serait plus merveilleux pour moi que l' idée d' être grand-père. Ce serait un beau cadeau pour ton frère que de donner son prénom à ton fils. Il est fier de toi, j' en suis sûr. »

Assis à l' arrière, J2 se penche vers eux.

J2 : « Et moi ? Vous savez comment je m' appelle. ? » Coupé

Scène 26

Enchaîné. Au Centre. Une salle du sous-sol nº 12. Broots rejoint Sydney et Mlle Parker.

Mlle Parker : « Alors, avez-vous trouvé autre chose ? »

Broots : « Non. Rien d' intéressant. Vous lui avez réellement donné un.. baiser ? »

Mlle Parker (agacée) : « Je n' étais qu 'une gamine, Broots ! Cela aurait pu être n' importe qui d' autre»

Broots : « Bien sûr. J' ai autre chose. Je suis tombé par hasard sur une transaction immobilière. Quelqu'un a acheté un chalet dans l' Oregon. pour 80 000 $. »

Mlle Parker : "Pfff... Je vous paie pour retrouver Jarod, pas pour me commenter les marchés de l' immobilier ! »

Broots : « Attendez ! Cette transaction a eu lieu sur Internet. La somme a été payée par virement et regardez le numéro. »

Mlle Parker (surprise) : « Mais C' est le mien ! Le salopard. »

Sydney (moqueur) : « Ce n' est pas la première fois que Jarod utilise votre compte bancaire pour régler ses factures ! »

Mlle Parker lance un regard noir à Sydney.

Broots : « J' ai repéré l' origine de la transaction. Mais jarod a failli réussir à me faire arracher le peu de cheveux qui me restent ! Elle venait du "Park Pines motel", à Cleveland. »

Mlle Parker : « Et l' adresse du chalet ? »

Broots : « Euh... Ce n' est pas fini. Des messages parviennent à un poste du Centre. C' est une certaine Emily qui les envoie. Ce nom vous dit quelque chose ? »

Mlle Parker : « Emily.. Non, ça ne me dit rien. Essayez de savoir qui est cette Emily et qui reçoit ses messages. »

Broots : « Bah.. Le problème est que ce n' est pas un terminal connecté au serveur principal. Ce poste est relié aux réseaux de communications. Donc, je ne peux pas y avoir accès. Et le site est cadenassé. Impossible de localiser cette Emily. »

Mlle Parker : « Qui possède ce genre de matériel ? Lyle ? Mon père ? »

Broots : « Non. Aucun de ces postes n'a été déconnecté. »

Sydney, Mlle Parker et Broots se tournent vers Lyle, qui discute avec quelques employées. Lui et Mlle Parker se regardent froidement.

Mlle Parker : « Je me demande quelle sale coup il nous mijote celui-là. Venez Sydney. »

Ils s' éloignent vers la sortie.. COUPE

Scène 27

Enchaîné. Au Centre. Un des couloirs du système d' aération. Un bip retentit. Une main tape le code d' accès sur un clavier d' ordinateur. Un message apparaît : « Bonjour grand frère. Je vais bien. J' ai hâte de te revoir. Je suis à Minnéapolis mais ne me cherches pas. Je suis en planque. Je t' aime. À bientôt. Emily. » Le message s' imprime sur une feuille. La main la prend et la pose sur une pile d' autres feuilles. La main tape sur le clavier : « Message reçu petite soeur. Je t' aime aussi. Jarod. » La main clique sur « Envoi ». On découvre le visage inconnu. Il sourit. C' est Angelo. Coupé

À Suivre...

_________________
Sophie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sl-27
padawan
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 31/01/2010
Age : 25
Localisation : Manhattan, bureau de l' USV

MessageSujet: Re: FANFIC [tous public] : "Révélations (partie 1)"   Dim 31 Jan - 18:51

Et quand as-tu écris cette fi? Si je te demande cela c'est parce que, si ma mémoire est bonne, je crois que ta fic est la toute première fanfiction que j'ai lue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FANFIC [tous public] : "Révélations (partie 1)"   

Revenir en haut Aller en bas
 
FANFIC [tous public] : "Révélations (partie 1)"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kit "Brrrrrr..." de Digital-crea (Partie 6)
» Kit "Pause acidulée" de Digital-crea (Partie 1)
» Batman "Un deuil dans la famille"
» 6.07 - Hammer Down "CrossOver partie 2"
» Film "Sur la piste du Marsupilami" d'Alain Chabat, au cinema le 4 avril 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Série & Fanfiction :: Autres Séries :: Caméléon-
Sauter vers: